Connexion
Vous avez crédits

Et pourquoi pas une Chanvrière ?

Publié le 06/05/20 à 17:04 dans Vos contributions
  • Pictures 1588777298
  • Pictures 1588777300
  • Pictures 1588777307
  • Pictures 1588777320
  • Pictures 1588777338
  • Pictures 1588777342
  • Pictures 1588777343
  • Pictures 1588777345
  • Pictures 1588777418

La crise du coronavirus n’étant pas terminé, il est difficile de savoir jusqu’où vont aller les conséquences des confinements à travers le monde. Quoi qu’il en soit, se pose la question des capacités de résilience d’un système mondialisé comme (l’était jusqu’avant la crise) le notre.

 

Les ruptures d’approvisionnements dans les secteurs de l’industrie ont été mis en lumière rapidement après que des acteurs tels que la Chine soient entrés en confinement.

La disponibilité des matières premières est stratégique et ne pas la maîtriser rend des hommes, des femmes et des enfants entièrement dépendants des acteurs dominants.

 

Aujourd’hui, les masques sont au coeur de toutes les préoccupations, mais il n’est pas difficile à imaginer que d’autres ressources puissent devenir rare, au fur et à mesure de la reprise des activités économiques à l’international.

 

Je ne vous propose pas de réinventer la roue mais simplement de planter du chanvre.

 

Avant l’avènement du pétrole et de tous ses dérivés, le chanvre était la matière première la plus utilisée au monde. Une matière première 100% renouvelable, qui pousse quasiment sans eau, sans produits chimiques, qui structurent et fertilisent les sols, qui pousse en seulement 4 mois et préserve la biodiversité.

 

Le chanvre était utilisé dans tous les secteurs (textile, cordage, papeterie, médecine, construction, alimentation, énergie, litière animale) mais l’industrialisation du coton, l’avènement du pétrole, l’utilisation de la  pulpe de bois pour le papier, la découverte de l’aspirine, la propagande de quelques puissants pour servir leur intérêts personnels, a précipité la disparition des champs de chanvre à partir des années 1930.  (Voir l’histoire du chanvre notamment raconté par Jack Herer dans L’Empereur est nu paru en 1985 et je vous recommande ce numéro vidéo de PLANÈTE qui traite le sujet: https://www.youtube.com/watch?v=QECfF_c19FI )

 

La France n’a jamais cessé de produire du chanvre, mais les quelques 17 000 hectares de 2018 sur le territoire national sont encore bien loin des 175 000 hectares que notre pays comptait dans les années 1850. Nous n’avons pas tout perdu du savoir faire, mais nous partons tout de même de loin.

 

Le chanvre est une plante résiliante, elle sait s’adapter à tous les environnement, on la cultive sous toutes les latitudes.

 

Les qualités techniques des produits issus du chanvre sont intéressants, naturellement anti bactérien, anti UV et onde, résistant, absorbant, isolant performant, compostable… il possède des arguments pour toutes les utilisations et ce matériau bio sourcé constitue une alternative intéressante aux produits fossiles jusqu’ici majoritairement utilisés. (nous pourrons en reparler)

 

Pour l’anecdote,  avez-vous vu passer ces masques catégorie 2, 100% français, fait à base de fibre de chanvre ?  (https://www.geochanvre.fr/masque/)

 

Pour en venir au fait, l’idée est de re-développer la filière du chanvre sur le territoire de la biovallée et dans un rayon de 150 km en installant une unité de défibrage de la paille de chanvre chargée de séparer la fibre de la chènevotte (la partie boisée interne du chanvre) pour fournir en matériaux bio sourcés le secteur de la construction et ainsi soutenir la transition écologique dans ce secteur si consommateur d’énergie grise et de matériaux fossiles (un rapide aperçu des impacts de la consommation du sable par exemple ici:https://www.youtube.com/watch?v=XwJGWea4fyM&t=205s)

 

Cette unité de défibrage est necessaire puisqu’elle permet de valoriser la paille de chanvre cultivée et récoltée par les agriculteurs. Elle est un maillon essentiel de la chaîne de valeur.

 

Une fois défibré nous aurions fibre, chènevotte et poussière pouvant fournir une multiplicité de secteur. (comme énoncé plus haut)

 

Le chanvre peut-être utilisé par exemple dans le secteur de la construction & rénovation, sur les toits (en ballots de paille), pour les murs (panneaux isolants ou béton chaux/chanvre) et pour les dalles également. On dit souvent qu’un hectare de chanvre fournit assez de matériaux pour construire une maison de 80 m2. On remplace ainsi les tonnes de sables par des tonnes de chanvre.

 

La cerise sur le gâteau est que le chanvre absorbe en 4 mois de culture l’équivalent de 15 tonnes de Co2 atmosphérique par hectare, et ce, grâce au processus de photosynthèse. La plante transforme directement en carbone le Co2 dans sa tige, ses racines, ses feuilles et ses sommités. 15 tonnes représente environ l’empreinte carbone annuelle cumulée de 7 français que nous ne devons pas dépasser pour respecter les accords & objectifs de Paris.

C’est donc également un véritable aspirateur à Co2.

 

Pour conclure mon propos, alors que je nous ai pas encore parlé de la richesse de graine de chanvre pour l’alimentation ou la cosmétique, nous avons devant nous l’opportunité d’utiliser le chanvre dans pratiquement tous les secteurs qui existent et ainsi entrevoir l’espoir d’inventer des nouvelles chaines de valeur locales, durables, autonomes, en circuit court et résiliantes.

 

À nous d’inventer ce modèle, qui, je le souhaite, se doit d’être reproductible dans d’autres bassins de vie en France.

 

En avant pour l’intelligence collective et connective!

 

Je suis actuellement en train de travailler sur ce projet d’unité de défibrage dans la Biovallée et suis notamment en lien avec plusieurs acteurs dont Drôme Chanvre. Je suis également incubé au sein de Ronalpia, incubateur partenaire de l'association.

 

Hâte de vous lire :) Merci d'avance pour votre participation à la refléxion !

 

PS: Nous parlons ici bien du chanvre industriel dont la culture est réglementée au niveau Européen grâce à un catalogue de variétés autorisées avec un taux de THC inférieur à 0,2% (un cannabinoïde psycho-actif connu du chanvre), en France seul la paille de chanvre et la graine de chanvre peuvent être valorisées, pas la fleur.


Connectez-vous pour publier un commentaire

  • Rémi Cornerier le 18/05/2020 à 10:06

    Hello Anne, 

    Vis-à-vis du textile, des projets de recherche et developpement sont en cours en Europe et notamment en France.

    Les seuls acteurs à toujours maîtriser cette technolgie se trouvent majoritairement en Asie.

    On peut noter plusieurs choses: 

    • le démentèlement quasi total des filatures capable de travailler le chanvre dans la deuxième partie du XXème, notamment en Europe de l'est qui était encore au début du XX ème la zone qui comptait les plus grosses usines de transformation pour un usage textile de la fibre

    • la technologie actuelle de récolte & défibrage à moyenne échelle n'est pas à visée textile mais les acteurs de la filière travaillent tout de même pour adapter cette technologie:

                • adapter des machines aurapavant spécilisées pour le lin, pour le chanvre

                • en champs, modifier les pratiques culturales pour pouvoir avoir des fibres dîtes longues (>100mm)

    Par rapport au prix prohibitif, cela vient sans doute en partie du peu d'acteurs capablent aujourd'hui de fournir des fibres longues de bonne qualité.

    Pour information, on différencie les fibres courtes et longues, notamment par rapport à la seconde transformation, chacune necessitant des machines dédiées:

          • les fibres courtes seront utilisées pour la réalisation de produits "non-tissés" comme les géotextiles, les panneaux isolants, les masques, les bio-plastiques...

          • les fibres longues pour les produits "tissés", necessitent d'être cardées, filées puis tissées pour la confection de linge de maison, habits...

    Nous pouvons donc rêver un jour d'avoir des tissus à base de fibres de chanvre cultivées dans la Biovallée, mais c'est un projet à part entière ! :) 


  • gerbe anne le 15/05/2020 à 11:48

    Difficile aujourd’hui de trouver des vêtements en matière saine et naturelle conçu avec des fibres cultivées (chanvre, lin) ou produites (soie, laine) localement sans avoir l’air d’un sac ou à des prix très prohibitif. Peut on rêver de beaux vêtements durables de qualité, marre de ces tissus synthétiques, qui polluent l’eau au lavage, produisent des tonnes de déchets, sans tenus qui ressemble à des « pattes » comme on dit à Lyon.

    Encore un magnifique débouché pour la filaire chanvre qui pourrait être plus développée dans la vallée !


  • Rémi Cornerier le 11/05/2020 à 10:00

    Bonjour Anne & Jean, 

    Merci de participer à ce sujet,

    Le chanvre présente plusieurs atouts agrologiques & économiques:

    -ne necessite que très peu d'eau (généralement les dernières pluies d'Avril/Mai permettent un bon démmarage de la plante dans les 15 premiers jours, ce qui est crucial, et suffisent)

    -ne necessite aucun produit phytosanitaire (avatange écologique, agronomique, économique)

    -aucun passage de tracteur entre le semis et la récolte d'une parcelle

    -très bonne tête de rotation, le chanvre assainit les parcelles d'adventices, casse les cycles de maladie, le chanvre n'a pratiquement pas de ravageurs

    -le chanvre est un fertilisant naturel, il possède des racines qui pénétrent profond dans le sol, perettant de les aérer et de faciliter la croissance & le rendement des cultures suivantes (les racines stockent du carbone qui par la suite est assimilable par les cultures suivantes)

    -pousse en seulement 4-5 mois (d'avril à août)

    -culture multi-débouchés envisageable (paille, graine)

    -les marges par hectare pour les agriculteurs faisant partie de filières dîtes industrielles peuvent être similaires à d'autres cultures mais les agriculteurs bénéficient d'un ratio revenu/temps plus interessant avec le chanvre en plus de profiter de tous les autres avantages susdits mentionnés.

    -éligible à la PAC 

    -------------------

    Comme vous le signalez Jean, le projet initié a toutes les raisons d'être soutenu et developper.

    L'agriculture est à la base et la maîtrise de cette culture est necessaire. Aujourd'hui 3 agriculteurs forment l'équipe de Drôme Chanvre, environ 5 hectares sont cultivés par an. Les agriculteurs s'occupent également de défibrer le chanvre, de façon artisanale (ensileuse + trommel opposé à la façon plus industrielle avec une unité de défibrage à rouleau).

    Les points très positifs sont:

    -l'appuie des collectivités territoirales initiatrices du projet

    -des agriculteurs volontaires qui ont testé, travaillé, amélioré les outils de production pour les adapter le mieux possible à la culture du chanvre

    -un mode de production efficace avec à la sortie des produits valorisables & vendables (paille de chanvre & chènevotte)

    -un investissement relativement petit pour défibrer le chanvre sur 5 hectares, un modèle réplicable

    -la réalisation d'un chantier pilote avec les biomatériaux chanvre

    Il existe également aujourd'hui plusieurs freins:

    -la necessité de faire labelisé la chènevotte pour une utilisation dans le bâtiment (permettant le respect des règles professionnelles pour les artisants & l'assurabilité des chantiers)

    -avoir un produit normé et emballé comme les clients le veulent

    -le manque d'espace de stockage si la surface de chanvre cultivée augmente

    -le temps necessaire pour défibrer, la logistique et la commercialisation des biomatériaux est important

     

    À la lumière de tout cela, je travaille aujourd'hui à l'étude du territoire, dans un rayon maximum de 150 km autour de la Biovallée, pour determiner les besoins des acteurs dans les différrents secteurs que j'ai mentionné dans mon premier post et ainsi définir une taille critique de filière pour notre bassin de vie, en hectare à atteindre d'ici 3-5 ans.


  • gerbe anne le 08/05/2020 à 23:16

    J'ai déjà vu quelques champs de chanvre dans la vallée et me réjoui que cette culture puisse se développer, comment convaincre les agriculteurs de rejoindre ce projet ?  


  • Jean Longeot le 08/05/2020 à 16:43

    Le projet chanvre, qui existe dans notre vallée depuis quelques années, mérite donc d'être soutenu.

  • Le soin d'autrui, un « Care » Biovallée ?

    Dans notre malheur, un des bienfaits du Covid 19, aura été de mettre en valeur les personnes qu...

    Il y a 13 jours

    Création d'une source de financement des projets locaux

    Création d'une source de financement des projets locauxVoici une proposition de travail concerna...

    Il y a 23 jours

    Quand les mairies se chargent des achats groupés

    Service social (qui pourrait être créé par l'ESCDD) d'achats groupés (voiture, téléphone, c...

    Il y a 23 jours

    Serre collaborative

    Création d'une serre collaborative avec des ateliers qui permettrait de vendre des plants de lé...

    Il y a 45 jours